Comment ramener les jeunes au goût de la lecture peut améliorer le bien-être

Les Bienfaits de la lecture et son rôle sur le bien-être de l'enfant : rencontre avec Aurélie Louvel pour son livre Bibliothérapie jeunesse dans la lettre de l'innovation pédagogique Dunod.





La lecture, source de multiples bienfaits et facteur d'amélioration du bien-être


Le mal-être des jeunes déjà bien présent dans cette période charnière, s’est intensifié d’autant plus depuis les confinements liés à l’épidémie de Covid. Cela se ressent dans les apprentissages, notamment dans la lecture, puisqu' on constate que les jeunes lisent de moins en moins.


Pourtant, de nombreuses études dévoilent que la lecture apporte de multiples bienfaits et peut même améliorer le bien-être. Dès lors, comment une pratique qui se voit délaissée de plus en plus pourrait-elle réconforter les jeunes avec l’école tout en leur apportant un mieux-être indéniable ? Un enfant qui se sent bien sera bien plus enclin à apprendre.Mais quels liens établir entre le bien-être et notre système éducatif ? Est-ce du ressort des enseignants de contribuer au bien-être de leurs élèves ?


Déjà, en son temps, Jean Jacques Rousseau [1] avait mis le doigt sur le lien entre bien-être et apprentissage lorsqu’il écrit que : “La lecture est le fléau de l'enfance (…) Un enfant n'est pas fort curieux de perfectionner l'instrument avec lequel on le tourmente ; mais faites que cet instrument serve à ses plaisirs et bientôt il s'y appliquera malgré vous. On se fait une grande affaire de chercher les meilleures méthodes d'apprendre à lire (…) Quelle pitié ! Un moyen plus sûr que tous ceux-là, et celui qu'on oublie toujours, est le désir (…) Donnez à l'enfant ce désir (…), toute méthode lui sera bonne.”


Depuis quelques années, de nouvelles pratiques franchissent les portes de nos établissements : yoga, méditation, art-thérapie… Comment ramener les jeunes au goût de la lecture tout en favorisant leur bien-être, voire même d'en soigner certains par le biais de la lecture ?

La pratique de la bibliothérapie est en mesure de leur apporter ce mieux-être évident. Mais comment la définir, et surtout comment la pratiquer ? En quoi peut-elle être un formidable atout pour nos jeunes ? Quels bienfaits la bibliothérapie permet-elle d’apporter ? Quelles actions mettre en place ?


Ce livre Bibliothérapie jeunesse a pour objectif de sensibiliser tous les acteurs qui jouent un rôle dans la vie des enfants à cette pratique qui peut leur procurer du mieux-être ou du bien-être. Il s’adresse à tous les parents, enseignants, pédagogues, éducateurs, assistantes maternelles, tous les professionnels de l’enfance au sens large ; mais aussi aux professionnels du domaine culturel, aux professionnels du livre, et à tous les professionnels du soin. Ce livre n’est toutefois pas un répertoire dans lequel on trouverait une liste de livres recommandés pour un symptôme particulier.

La bibliothérapie n’est pas une pratique récente


Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la bibliothérapie n’est pas une pratique récente, puisque déjà en 1916, en Alabama, Sadie Peterson Delaney, bibliothécaire d’hôpital, va proposer des activités auprès de soldats qui souffrent de stress post-traumatique. Constatant, jour après jour, que la lecture améliore le psychisme des blessés, elle va déployer de multiples activités en faveur de la bibliothérapie, jusqu'à former de nombreux médecins à sa pratique.


Encore méconnue en France, la bibliothérapie émerge notamment avec Régine Detambel qui est la première à proposer des formations en bibliothérapie créative ou “bibliocréativité”. Il ne s’agit pas ici d’une thérapie qui s’adresse à des personnes malades, mais d’une pratique d’accompagnement permettant d’accéder à un mieux-être par une lecture à voix haute et par un temps de créativité.


Dans nos écoles, la pratique émerge çà et là un peu partout en Europe, et c’est dans mon livre bibliothérapie jeunesse que j’ai voulu en rendre compte afin de définir ce que j’ai qualifié de bibliothérapie jeunesse ou bibliothérapie pour les enfants et les jeunes. Professeurs, éducateurs, psychologues, libraires, bibliothécaires...de nombreux professionnels la pratiquent déjà sous différentes formes. Riche de ces nombreux retours d’expériences, ce livre présente différentes façons de pratiquer la bibliothérapie jeunesse, ayant néanmoins tous pour but commun celui d’apporter du bien-être par le biais de la lecture et de la créativité.


🔸 La première partie du livre Bibliothérapie jeunesse, une approche expressive et créative, a pour objectif de présenter la bibliothérapie jeunesse et ce qui en constitue sa richesse. Il s’agira d’acquérir des connaissances à la fois théoriques et pratiques, afin d’en avoir une vision globale et précise.


🔸 La deuxième partie porte sur la politique documentaire qu’il est possible de mener au sein de son espace-livre, dans un axe bibliothérapeutique.


🔸 La troisième partie présente la première activité bibliothérapeutique, que j’ai nommée « bibliorelaxation », et qui a pour objectif, comme son nom l’indique, d’amener à la détente par le biais de la lecture.


🔸 Enfin, la dernière partie est consacrée à l’application de la méthode de bibliothérapie jeunesse créative® : qui permet pas à pas, d’élaborer un atelier bibliothérapeutique, sélectionner des livres pertinents, mettre en place des séances, types de lectures menées, mais aussi les différentes techniques qui feront émerger l’expressivité et la créativité de nos jeunes.


Les lecteurs trouveront ici assez d’indications et d’explications pour avoir des connaissances générales dans ce domaine et, selon le secteur professionnel dans lequel ils interviennent, ils auront les clefs en main pour initier des projets bibliothérapeutiques auprès de leur public. Puisse ce livre être votre « livre lumière[2] », ce livre qui pourra faire écho en vous et vous mener sur ce magnifique chemin qu’est la bibliothérapie.

[1]Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation [2]Thierry Cohen, Longtemps j’ai rêvé d’elle, Flammarion, 2011. Le « livre lumière » est le livre destiné à une personne. Le libraire du roman, est « marieur » et a pour mission de trouver le bon livre, « le livre lumière » qui correspond à chacun de ses clients.


Aurélie LOUVEL


Professeure documentaliste depuis 2012 au collège Henri Wallon du Havre,

classé REP + et dernièrement relevant du dispositif expérimental “Cité éducative”.


Diplômée d’une licence de lettres modernes parcours documentation, puis d’un Master lettres & langues, elle se forme par la suite au métier de Médiathécaire bénévole en milieu hospitalier auprès de la FNABEH[1].

Intéressée depuis toujours par les bienfaits de la lecture, elle se forme à la bibliothérapie créative auprès de Régine Detambel avant d’initier des formations à Bibliomédia[2] en Suisse auprès de professionnels du livre et de la santé.

Plusieurs articles ont été publiés sur son projet qu’elle a nommé “Bibliothérapie jeunesse” revue des professeurs documentalistes Intercdi[3], revue des bibliothécaires Bibliothèque(s)[4], Livres-hebdos[5], Journal Paris-Normandie[6], Actualitté[7]…et son livre Bibliothérapie jeunesse, une approche expressive et créative est publié aux éditions DUNOD le 9 juin 2021. Depuis juillet 2021, elle se forme à l’art-thérapie contemporaine auprès de l’institut Profac[8].


[1]FNABEH, Fédération nationale des associations de bibliothécaires en milieu hospitalier. http://www.fnabeh.org/ [2]https://bibliosuisse.ch/fr/ [3]« La bibliothérapie, quelles actions possibles au CDI ? », Revue InterCDI n° 255, mai-juin 2015, p. 2-5.http://www.intercdi.org/la-bibliotherapie/ [4]« Lire pour se faire du bien : tel est le credo de la bibliothérapie », Bibliothèque(s), n° 90-91, décembre 2017, p. 86-88. [5]« Le Havre – quand la lecture apaise les enfants », Livres Hebdo n° 1151, 24 novembre 2017, p. 34 [6]“Des mots contre les maux”, Louise Boutard, 1er octobre 2020 [7]https://actualitte.com/article/102052/insolite/epicure-vendu-en-pharmaci... [8]https://www.artherapie.com/


Source : https://www.dunod.com/comment-ramener-jeunes-au-gout-lecture-peut-ameliorer-leur-bien-etre

98 vues0 commentaire